Assurance

Optez pour des garanties adaptées

assurance

Lorsque l’on souhaite obtenir un crédit immobilier, les établissements bancaires demandent, la plupart du temps, de souscrire une assurance emprunteur. Depuis la loi Lagarde 2010, l’emprunteur est libre de choisir l’assurance. Mais comment choisir ? Voici les bons réflexes à avoir en la matière.

L’assurance emprunteur a pour objectif d’assurer, en tout ou en partie, le remboursement des mensualités d’emprunt dans certaines situations. Elle regroupe plusieurs garanties qui couvrent, chacune, des risques spécifiques. Les établissements bancaires demandent, la plupart du temps, la souscription aux garanties suivantes :

  • Décès ;
  • Perte totale et irréversible d’autonomie (PTIA).
  • D’autres garanties peuvent vous protéger contre certains accidents de la vie à savoir :
  • La garantie invalidité permanente totale (IPT) ou partielle (IPP) ;
  • La garantie interruption temporaire de travail (ITT) ;
  • La garantie perte d’emploi.

En fonction des risques que vous êtes susceptible d’encourir et du niveau de protection dont vous souhaitez disposer, veillez à sélectionner les bonnes garanties. Mieux vaut être prévoyant, car l’assurance de prêt court sur une longue période.

Bon à savoir : déterminez la bonne quotité !

Si vous empruntez seul, la question ne se pose pas, car les banques exigent toujours une quotité de 100 %. À titre d’exemple, cela signifie que le prêt sera intégralement pris en charge par l’assureur en cas de décès de l’emprunteur. Lors d’un achat commun, la quotité peut être répartie entre les co-emprunteurs du moment qu’elle équivaut à 100 %. Pour définir cette répartition, vous pouvez vous appuyer sur les risques potentiellement encourus et les revenus.

Identifiez les conditions particulières

Lors du choix d’une assurance emprunteur, il est essentiel de bien lire les conditions du contrat d’assurance. Il est conseillé d’être tout particulièrement attentif aux éléments suivants :

  • Les délais de carence ;

C’est une période durant laquelle il n’est pas possible d’actionner l’assurance de prêt. À titre d’exemple, si le délai de carence est de six mois, vous ne pourrez pas être indemnisé durant ce délai. Vous devrez donc avoir la capacité de payer vos mensualités alors même que vous vous trouvez dans une situation délicate.

  • Le délai de franchise ;

Ce délai, fixé contractuellement, débute lors de la déclaration d’un des risques couverts par l’assurance. À la différence du délai de carence, la garantie prévue au contrat est acquise dès ce moment, mais l’assureur ne procédera à l’indemnisation qu’à l’issue de la période de franchise, souvent définie en jours.

  • Les exclusions de garantie

Deux grandes catégories d’exclusions existent : les exclusions légales et contractuelles. Elles peuvent être partielles ou totales en fonction des circonstances. Il est conseillé d’être tout particulièrement vigilant aux exclusions motivées par votre état de santé. N’hésitez pas à comparer les offres, car il n’est pas rare que la position des assureurs soit différente sur la prise en compte d’un même risque de santé.

Soyez attentif au coût global de l’assurance

Un des éléments incontournables pour choisir une assurance de prêt est son coût. À l’heure où les taux d’intérêt sont historiquement bas, le montant de l’assurance pour les crédits immobiliers pèse de plus en plus lourd dans le budget des emprunteurs. De plus, les prix varient considérablement d’un assureur à l’autre.

À garanties identiques, il est essentiel de comparer les différentes offres disponibles sur le marché pour bénéficier d’une excellente protection en cas d’accidents de la vie tout en ne grevant pas son budget consacré à l’immobilier.

Le choix d’une assurance emprunteur ne se fait pas à la légère et mieux vaut prendre le temps pour sélectionner celle qui paraît la plus adaptée à votre situation.